window.dataLayer = window.dataLayer || []; function gtag(){dataLayer.push(arguments);} gtag('js', new Date()); gtag('config', 'G-5PHH5FX2PX');

Je suis la bête

Julie Delille – Théâtre des trois Parques

© Florent Gouëlou / Z-LO Images

Une fillette abandonnée est recueillie puis élevée par un animal sauvage. Alors qu’elle est capturée et forcée à s’adapter au monde civilisé, c’est par la violence qu’on lui fait perdre son enfance, son animalité, sa nature. En voulant l’humaniser, on fait d’elle une bête.

Dans une langue d’un grande force poétique, Julie Delille, sur la base du livre écrit par Anne Sibran, nous fait vivre la forêt. À la lisière entre le monde des bêtes et celui des humains, le personnage de Méline est montré, exposé sur la scène du théâtre. Mais en retour elle nous montre ce que nous refusons peut-être de voir : l’abîme que – nous humains – avons créé avec les mondes du vivant.

Dans la presse

« Vacillement des certitudes, des catégories, des frontières, des
genres, des langues, Je suis la bête est une forêt où remue notre
sauvagerie. »
Dans la forêt obscure et sauvage de « Je suis la bête »
Mediapart, 20.02.18

« Je suis la bête, c’est aussi et surtout une ode à la nature. Interprète
d’un texte puissant, vibrant, Julie Delille nous fait vivre la
forêt. Une forêt qui grouille. Où tous nos sens sont en alerte. Le
spectacteur s’imprègne de ses bruits, ses lumières, mais aussi
de ses silences, de son obscurité. Le silence qui habite la forêt,
contre le bruit et la parole des hommes. »
Je suis la bête : l’adaptation poignante du roman d’Anne Sibran par Julie Delille
Toutelaculture.com, 27.03.18

« Un conte au parfum symboliste et gothique, que met en scène
avec une rare perfection formelle – dans les noirs éclairages
comme dans le très mystérieux travail sonore – son unique interprète.
Julie Delille donne étrangement corps au verbe indocile et
fou d’Anne Sibran, revendique le noir de la salle, le silence et le cri
des forêts. Et son obscure plongée en terre animale renvoie à de
sorciers territoires enfouis en chacun… »
Le festival Impatience consacre les femmes de théâtre
Télérama, 13.12.18

La Grange

Organisateur de l'événement

Infos pratiques

bubble_chart
Rencontres et ÉvénementsSpectacles
textsms
Théâtre
today
11.01.2023 - 14.01.2023
schedule
me 20h | je 19h | ve 20h | sa 18h
timer
1h10
place
La Grange
accessibility
AdultesEnfants et Familles

Disciplines

Théâtre

Autour du spectacle

À l’issue de la représentation du jeudi 12 janvier, rencontrez l’équipe artistique de Je suis la bête à l’occasion d’un bord de plateau.

Avertissements publics

Certaines scènes comportent un effet stroboscopique pouvant affecter les spectateuricexs photosensibles.

Générique

Texte
Anne Sibran d’après son roman Je suis la bête  publié aux Éditions Gallimard / Haute enfance

Mise en scène et interprétation
Julie Delille
Scénographie, costume et regard extérieur
Chantal de La Coste
Création lumière
Elsa Revol
Création sonore
Antoine Richard
Régie générale
Sébastien Hérouart
Régie lumière
Pablo Roy
Régie son
Jérémy Oury
Collaboration artistique
Clémence Delille, Baptiste Relat

Production
Théâtre des trois Parques
Coproduction
Équinoxe – Scène nationale de Châteauroux, Théâtre de l’Union – Centre dramatique national du Limousin, Abbaye de Noirlac – Centre culturel de rencontre
Création le 16 février 2018 à Équinoxe / Scène nationale de Châteauroux

Avec le soutien de la Maison George Sand / Centre des monuments nationaux à Nohant et de La Pratique – Atelier de fabrique artistique à Vatan.

Le Théâtre des trois Parques est conventionné par Le Ministère de la Culture, DRAC Centre – Val de Loire,
la Région Centre – Val de Loire, soutenu par le Département du Cher et associé à la Maison de la Culture de Bourges.

Je suis la bête a obtenu le Prix de la scénographie 2018 du Théâtre de l’Union / Centre dramatique national du Limousin et le prix SACD – Festival Impatience 2018.